dimanche 15 mars 2009

Roberto Calvi, le banquier du Vatican

Les millions du Vatican en banque pendant que des milliards de pauvres gens crèvent de faim. Voilà comment est pratiqué l'Enseignement de Ieschoua. Ah ils n'ont pas honte !

Banco Ambrosiano

Roberto Calvi

Des médecins légistes ont conclu que Roberto Calvi, retrouvé pendu sous un pont de Londres en 1982, ne s'était pas suicidé. Il avait pris la fuite, alors qu'il était au cour d'un scandale, impliquant la mafia, la loge P2 et le Saint-Siège.


Roberto Calvi, le banquier du Vatican retrouvé pendu sous un pont à Londres en 1982, a été assassiné et le meurtre a été maquillé en suicide, selon les conclusions d'une expertise médico-légale citées vendredi par les medias italiens. Vingt ans après, ce rebondissement dans une affaire mystérieuse où sont mêlés la mafia, la loge maçonnique P2 et le Vatican provoque beaucoup de remous en Italie. Selon une équipe de trois médecins légistes mandatés par le parquet de Rome, Roberto Calvi a été assassiné sur un chantier proche du pont des Blakfriars, sous lequel son corps a été ensuite pendu. Le parquet de Rome s'est refusé à confirmer cette information, car les conclusions des experts n'ont pas encore été officiellement remises aux magistrats, a annoncé le procureur romain Salvatore Vecchione, en déplorant implicitement les fuites dans la presse. L'avocat de l'industriel Flavio Carboni, ancien bras droit de Roberto Calvi présenté comme le commanditaire du meurtre, a dénoncé la violation de la confidentialité de cette expertise, réclamé son invalidité et la récusation du professeur Bernd Brinckmann, de l'Université de Munster, qui a présidé l'équipe médicale. 723 millions de dollars manquants Roberto Calvi, dirigeant du Banco Ambrosiano et affilié à la loge P2, avait pris la fuite après avoir laissé un trou de plus de 723 millions de dollars dans les caisses de son établissement qui gérait notamment des fonds du Vatican, provoquant une banqueroute retentissante. Sa mort n'a jamais vraiment été élucidée. La justice britannique avait conclu au suicide, mais en 1992, une enquête a été ouverte en Italie après que la famille du banquier eut recueilli des indices tendant à prouver qu'il avait été assassiné par la mafia. Outre Flavio Carboni, deux membres de la mafia, Francesco Di Carlo et Pipo Calo, sont également poursuivis. Mais aucun procès n'a pour l'instant été ouvert, l'enquête devant démontrer l'homicide.

Les conclusions de l'expertise médicale apportent un nouvel élément à cette thèse. L'exhumation du corps du banquier, enterré à Côme, avait été réalisée en décembre 1998 et une nouvelle expertise médico-légale réclamée par le parquet de Rome. Les légistes ont souligné l'absence des lésions que la corde aurait du causer au cou du banquier, qui pesait 90 kg. Les mains de Roberto Calvi ne portaient en outre aucune trace de la poussière qu'auraient dû laisser les briques trouvées dans ses poches, ni de l'oxyde de fer de la poutre du pont sur laquelle il est censé avoir attaché la corde pour se pendre.

La mafia mandatée par un tiers Le fils de Roberto Calvi, Carlo, est convaincu que son père a été assassiné par la mafia, mais pour le compte d'un tiers. "Derrière la mafia, il y a quelqu'un", a-t-il affirmé dans un entretien publié vendredi par le quotidien La Repubblica. "Il faut chercher les mandataires politiques. Le cadre se précise sur les exécuteurs mafieux, mais il est encore imprécis sur les politiques", a-t-il expliqué. Pour Carlo Calvi, l'enquête sur la banqueroute du Banco Ambrosiano ne s'est "absolument pas intéressée à l'aspect du recyclage de l'argent sale". L'une des hypothèses suivie par les magistrats italiens en charge de l'enquête est en effet son exécution, parce qu'il avait détourné une importante somme d'argent sale qui lui avait été confiée pour la blanchir.

Sources Inreallife

4 commentaires: