vendredi 5 juin 2009

Indemnisation des victimes de mauvais traitements en Irlande: les responsables catholiques priés de s'expliquer

Sous la pression du gouvernement irlandais, les responsables de 18 congrégations catholiques se sont engagés jeudi à accepter des audits indépendants de leurs finances et à créer un nouveau fonds d'indemnisation pour les victimes de mauvais traitements dans des institutions sous administration catholique.

La rencontre entre le gouvernement et les responsables religieux, organisée par le premier ministre Brian Cowen, intervenait deux semaines après la publication d'une enquête sur six décennies de mauvais traitements, d'humiliations et d'agressions sexuelles dans les institutions sous administration catholique qui ont accueilli les enfants les plus vulnérables de la société jusqu'aux années 1990.

Dans un communiqué commun, les 18 congrégation ont déclaré qu'elle "effectueraient des contributions financières et autres, dans le cadre d'un large panel de mesures destiné à alléger les blessures causées aux personnes qui ont souffert dans leur chair".

"Chaque congrégation s'est engagée pleinement à identifier ses ressources, financières et autres, dans le cadre d'un processus transparent", poursuit le communiqué.

Les instances religieuses ont accédé pour la première fois à la demande gouvernementale d'accepter des audits indépendants pour déterminer leur richesse et savoir à quelle hauteur elles pourraient contribuer à l'indemnisation des victimes.

Brian Cowen a déclaré que les missions initiales des institutions catholiques -fournir un toit et une éducation aux enfants dans le besoin- "seront à jamais entachées par les erreurs et les abus qui sont désormais publics".

Le gouvernement a déclaré attendre de l'Eglise catholique qu'elle indemnise beaucoup mieux les 14.000 victimes de ce système. A l'heure actuelle, ce sont les contribuables irlandais qui financent 90% d'une somme qui devrait dépasser 1,1 milliard d'euros.

AP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire