lundi 22 juin 2009

Homosexualité et religion

En Suisse, à l'occasion de l'Europride, la chaîne de télévision suisse TSR a consacré samedi 6 juin 2009, un numéro de son émission "Faut Pas croire", à l'homosexualité et la religion. Les intervenants présents sur le plateau étaient invités à décrypter les textes bibliques qui font référence à l'homosexualité. Invités, un catholique, un protestant et un évangélique.

on retrouve les sempiternels discours de rejet de la part de deux des intervenants.
Le catholique Luc-Thomas Somme, professeur de théologie morale d’éthique à l’Université de Fribourg, nous ressert une fois de plus, l’hypocrite et habituelle fausse compassion de l’Église catholique romaine envers les homosexuels. Selon lui, le rejet de l’homosexualité est la Parole de D.ieu et non une position inventée par l’Église. Le discours est que l’Église ne rejette pas les homosexuels mais condamne les pratiques homosexuelles. Pour être un bon catholique et obtenir le salut, il faut donc être abstinent, nier ce que l’on est et ne pas avoir de sexualité. C’est l’Église castratrice et normative. Et pour lui ce n’est pas de l’homophobie.

Pour l’évangélique Jean-Paul Zürcher, secrétaire général du Réseau évangélique, le discours est pire encore, sans surprise, totalement normatif. Pour lui, l’Église doit accueillir les homosexuels mais pour les faire changer. Selon lui, les homosexuels doivent "se libérer de l’homosexualité", "forme déviante de l’hétérosexualité". Pour lui, être homosexuel c’est nier le projet de D.ieu. Et bien sûr comme pour l’Église catholique romaine, les homosexuels doivent ne pas avoir de sexualité. Pour lui, les Textes doivent être lus au pied de la lettre. Il amalgame sans honte l’homosexualité avec la zoophilie et l’inceste. Pour lui, se référant au texte de la Genèse, le projet de Dieu est uniquement hétérosexuel, niant toute diversité. Il parle de l’altérité. N’existe-t-elle pas aussi dans un couple homosexuel puisque nous sommes tous différents les uns des autres? Il va jusqu’à affirmer que 70% des homosexuels sont malheureux, ce qui bien sûr pour lui n’a rien à voir avec l’homophobie.

Sa solution, faire changer les homosexuels pour les faire devenir hétérosexuels. Selon lui, 30% des homosexuels seraient en fait des hétérosexuels qui s’ignorent. Et bien sûr, pas un seul moment il ne parle des dégâts psychologiques que peuvent provoquer de telles fausses thérapies. Pour lui, la puissance de D.ieu peut tout changer même l’orientation sexuelle. Ne serait ce pas plutôt l’homophobie des Églises et de ses représentants qu’il faudrait changer?

Seul, le protestant Thomas Römer, professeur d’Ancien Testament à l’Université de Lausanne, montre une vision tolérante de la foi. Pour lui, l’orientation sexuelle n’est pas un critère pour être accepté ou non dans le plan de salut de D.ieu, les normes sexuelles ayant évoluées avec le temps. Pour lui les Textes ne doivent pas être lus au pied de la lettre mais dans un contexte de l’époque. A ce sujet il montre l’absurdité qu’il y aurait à vouloir appliquer le Lévitique au pied de la lettre. Il faudrait alors rétablir l’esclavage, lapider les femmes adultères et tuer les homosexuels. Au sujet de l’altérité, il dit très justement que ce n’est pas une question de sexe.
Pour lui, le seul critère pour accéder au salut est l’Amour. Encore une fois, nous voyons le message de la majorité des Églises, la fausse compassion et le rejet de la diversité. Ne les écoutons pas si nous voulons plaire à D.ieu. L’émission de la chaine de télévision TSR :
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&channel=info#ch... Seigneur, ouvre les cœurs à l’Amour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire