lundi 13 avril 2009

L'Église catholique est «persécutée» au Québec (Canada)

Selon le cardinal Ouellet

Agence QMI
Marc-André Séguin
12/04/2009 22h57 Le cardinal Marc Ouellet a célébré la messe de Pâques, dimanche. © Agence QMI

À l’image du Christ condamné et crucifié, l’Église catholique est présentement persécutée, parce qu’elle «dit la vérité telle que reçue par Dieu», soutient le cardinal Marc Ouellet.
Questionné à savoir si l’Église catholique est persécutée dans la société québécoise, le primat du Canada et archevêque de Québec est catégorique: «Bien sûr, tout à fait.»
«L’Église témoigne du Ressuscité, qui est en même temps le Crucifié, explique Mgr Ouellet. Jésus s’est engagé, il a dit la vérité telle qu’il la recevait de son Père. Il a dit: Je suis la vérité. Personne dans l’histoire n’a osé dire cela. On l’a condamné et il a été crucifié pour cela. Aujourd’hui, quand quelqu’un ose dire certaines vérités, il subit à peu près le même sort. Ce n’est pas étonnant, ça continue.»
Mgr Ouellet s’est refusé à préciser la nature de son propos et il n’a pas voulu confirmer si les controverses récentes entourant l’Église catholique et son interprétation du droit canonique devaient être comprises dans les «vérités» auxquelles il a fait référence.
Rappelons que le pape Benoît XVI a récemment semé la controverse pour avoir réitéré son opposition, lors d’un voyage en Afrique, à toute forme de contraception autre que l’abstinence et à l’usage du préservatif, même pour des usages tels que la prévention du sida, qui y fait pourtant des ravages. «Je n’entrerai pas dans le détail», s’est contenté d’ajouter le cardinal, qui avait dénoncé, en mars, la décision d’un archevêque brésilien d’excommunier la mère et les médecins d’une fillette de neuf ans qui a subi un avortement après avoir été violée par son beau-père.
Foi catholique
Ce constat survient à un moment où l’Église est aux prises avec une population au Québec qui comprend mal la foi catholique, selon Mgr Ouellet.
«Le degré d’ignorance religieuse est assez élevé, estime-t-il. C’est un défi culturel aussi. C’est triste que les nouvelles générations soient si peu informées sur le plan religieux, sur notre tradition religieuse.»
Invoquant l’importance de l’héritage occidental puisé dans la foi catholique, le cardinal estime que l’Église doit se lancer au Québec dans un projet de «grande évangélisation» pour permettre aux plus jeunes de mieux comprendre les fondements de leur société.
«On doit faire une catéchisation. On doit enseigner les éléments de la foi», explique celui qui dénonce depuis longtemps le cours d’éthique et culture religieuse rendu obligatoire selon les normes du ministère québécois de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
«On devra offrir une alternative entre un cours de culture biblique et ce cours d’État pour que les gens aient le choix et qu’ils découvrent la matrice de la culture occidentale. L’art, l’architecture, tout ce qui existe comme monuments, c’est tout lié au christianisme. La démocratie vient du christianisme. Beaucoup de gens ignorent cela», déplore-t-il.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire