mardi 4 août 2009

Pakistan: les écoles chrétiennes fermées pour trois jours après la mort de huit chrétiens

Les écoles chrétiennes au Pakistan ont fermé leurs portes lundi pour trois jours, en signe de deuil et de protestation après les violences interreligieuses qui ont provoqué samedi la mort de huit chrétiens à Gojra, dans la province du Pendjab (est). Lire la suite l'article

Plusieurs centaines de musulmans ont attaqué un quartier chrétien de Gojra, brûlant plusieurs dizaines de maisons, après des rumeurs faisant état de profanation d'un Coran. Six chrétiens sont morts brûlés, tandis que deux autres ont été tués par les émeutiers. Les premiers éléments de l'enquête montrent que les accusations de profanation étaient infondées, selon le ministre de l'Intérieur du Pendjab Rana Sanaullah.

"Nous fermons les écoles pour montrer notre colère et notre inquiétude", a déclaré à l'Associated Press Sadiq Daniel, évêque du diocèse de Karachi. "Nous voulons que le gouvernement traduise en justice tous les auteurs de ce crime", a-t-il souligné.

Rana Sanaullah a imputé la responsabilité des violences au groupe islamiste interdit Sipah-e-Sahaba Pakistan. "Ceci n'est pas l'oeuvre de musulmans. Un groupe d'extrémistes a exploité la situation", a-t-il déclaré dimanche soir après une prière à la mémoire des victimes. "Je veux aussi appeller les deux communautés à rester calmes. Ne devenez pas un instrument dans les mains de mécréants", a-t-il dit.

Les forces de sécurité patrouillaient lundi à Gojra. Selon un porte-parole de la présidence pakistanaise, Farhatullah Babar, une commission d'enquête va être mise en place.

Les chrétiens représentent moins de 5% des 175 millions de Pakistanais. Au Vatican, le pape Benoît XVI s'est déclaré lundi "profondément attristé" par ces violences "insensées".

Il a adressé un télégramme de condoléances aux familles des victimes et invité les chrétiens du Pakistan à "poursuivre leurs efforts pour contribuer à édifier une société marquée (...) par un respect mutuel" entre les confessions, a-t-il dit. AP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire