jeudi 1 octobre 2009

Quand la religion marque son territoire...


Les religions ont toujours été un instrument du pouvoir. Ce n'est pas un hasard si le code vestimentaire a toujours permis de marquer le territoire. Il suffit de comparer Paris à Téhéran pour en comprendre la portée.


Aujourd'hui, avec le brassage des populations d'origines et de cultures diverses, on se rend compte que le code vestimentaire devient une clef importante pour véhiculer son prosélytisme. Le voile islamique ne représente rien d'autre que cela. C'est une façon de construire son paysage urbain. Là où le gouvernement fait une erreur, c'est qu'il n'a pas compris l'intérêt de ce marquage du territoire. S'il veut arriver à garder la paix dans ce mixage de population, il va devoir faire des choix pour rester au dessus des conflits latents. Le seul choix qui paraît intelligent et cohérent pour tous ceux qui veulent vivre en paix, c'est le choix de la neutralité, le choix de la laïcité. Imposer à chacun de laisser sa religion et ses attributs chez lui quand il sort de sa maison paraît être la solution qui devrait être imposé et acceptée par tous.

Le problème, c'est que l'État a besoin des religions pour imposer ses valeurs (respect de l'autorité etc.) et que les religions ne peuvent survivre sans la duplicité de l'État. Les gouvernements devraient prendre du recul, de la hauteur pour comprendre quel est l'intérêt de tous et de chacun dans le long terme. Vous comprendrez qu'il ne s'agit ici d'aucune façon de spiritualité qui semble bien loin du débat actuel mais de religion et de pouvoir.

source: cyberpresse.ca

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire