samedi 11 juillet 2009

Ils ont dit sur l’islam, 2ème partie : Les Hommes politiques et religieux

Atatürk Mustapha Kémal (1880/81 - 1938 Fondateur et premier président de la République Turque)
• Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d’un vieux sheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies.

Churchill Winston (1874 - 1965 Homme politique britannique. Prix Nobel de littérature en 1953)
• Sans compter la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse chez l’homme que l’hydrophobie chez le chien, il y a cette craintive apathie fataliste. Les effets sont évidents dans beaucoup de pays quand on regarde l’agriculture négligée, les méthodes surannées du commerce ou l’insécurité de la propriété qui existent là où les ouailles du prophète règnent ou vivent. …/… Le fait que dans la loi musulmane chaque femme doit appartenir à un homme en tant que sa propriété absolue, qu’elle soit enfant, épouse ou concubine, est de nature à retarder l’extinction finale de l’esclavage jusqu’à ce que l’islam ait cessé d’être une grande puissance parmi les Hommes. Les musulmans, en tant qu’individus, peuvent montrer des qualités splendides, mais l’emprise de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent. Il n’y a dans le monde aucune force rétrograde plus forte. Loin d’être moribond, l’islam est une foi militante imposant le prosélytisme. Il s’est déjà répandu en Afrique Centrale suscitant l’apparition de guerriers sans peur à chaque étape ; et si le christianisme n’était pas entouré des bras forts de la science, science à laquelle il s’est vainement opposé, la civilisation de l’Europe moderne pourrait disparaître, comme a disparu la civilisation de la Rome antique.

De Gaulle Charles (1890 - 1970 Homme politique Français)
• C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne […] Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées !

Gänswein George (secrétaire particulier de Benoit XVI)
• Les tentatives pour islamiser les pays occidentaux ne doivent pas être dissimulées. La menace que cela fait peser sur l’identité de l’Europe ne devrait pas être ignorée sous prétexte de respect mal placé.

Himmler Heinrich (1900 - 1945 Chef de la SS et de toutes les polices allemandes sous le IIIème Reich. Créateur de la division SS musulmane Handschar)
• Je n’ai rien contre l’islam, parce que cette religion se charge elle-même d’instruire les hommes, en leur promettant le ciel s’ils combattent avec courage et se font tuer sur le champ de bataille : bref, c’est une religion très pratique et séduisante pour un soldat.

Hitler Adolf (1889 - 1945 Chef d’État Allemand, fondateur du IIIème Reich)
• Tout l’Islam vibrait à l’annonce de nos victoires, ce qui eût permis à l’Europe de faire une audacieuse politique d’amitié à l’égard de l’Islam.
• Le gouvernement aussi des Arabes en Espagne fut quelque chose d’infiniment distingué […] Lorsque, plus tard, y vint le Christianisme, alors on peut dire : les barbares. […] Si Charles Martel n’avait pas vaincu à Poitiers : puisque le monde juif s’est déjà emparé de nous - que le Christianisme est bien quelque chose de fade - nous aurions bien mieux encore reçu le Mahométisme, cette doctrine de la récompense de l’héroïsme : le combattant seul a le septième ciel ! Les Germains auraient avec cela conquis le monde, ce n’est que par le Christianisme que nous en avons été tenus éloignés.

Jahanchahi Amir (opposant iranien)
• L’islamisme est une idéologie de destruction de masse. Elle propage le chaos […] elle abolit ce qui différencie l’homme de l’animal : la liberté de pensée, d’expression, de vivre. […]. Là où d’autres idéologies - le nazisme, le fascisme, le communisme - ont échoué, l’islamisme peut réussir. Certes ce nouveau totalitarisme n’est pas encore à son apogée, mais il est à notre porte. Il nous assiège. Son objectif immédiat : la conquête du monde musulman. Son objectif à plus long terme : la soumission du monde non musulman. D’ailleurs, il ne fait aucun mystère de ses buts ni de ses méthodes pour parvenir à ses fins. […]. Il est totalitaire car entend purifier le monde de ce qui est contraire à son idéologie et à la loi de la charia. […] Bien qu’il s’en défende pour des raisons d’anti-occidentalisme frénétique, l’islamisme est un parent […] des systèmes qui furent personnifiés par Hitler et Staline. (Vaincre le IIIème Totalitarisme)

Morgenthau Henri, Sr. (1856 - 1946 Diplomate. Ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Constantinople)
• La base de la mentalité [du Turc] est un profond mépris de toutes les autres races, combiné avec un orgueil insensé. Le terme courant par lequel il désigne le Chrétien est celui de « chien ».

de Paepe César (1842 - 1890 Homme politique belge)
• Comment concilier la pensée de ceux qui veulent le paradis sur terre avec celle de ceux qui veulent le paradis dans le ciel ?…La pensée de ceux qui prêchent la résignation avec celle de ceux qui prêchent la saine révolte contre toutes les iniquités ?

de Paolis Velasio, Monseigneur, (Secrétaire du Tribunal de la signature apostolique)
• Si respecter l’autre signifie renoncer à être soi-même, cela n’a plus de sens de dialoguer.

Pavy Louis - Antoine - Augustin, Monseigneur (1805 - 1866 Évêque d’Alger)
• Sermon de carême 1853
Celui qui prétend être le prophète d’Allah devrait avoir des lettres de créances, c’est-à-dire la prophétie, les miracles et l’intégrité de l’ensemble de sa vie… Rien de tout cela ne se trouve chez Mahomet, cet homme de pillage et de sang qui prêche sa doctrine à coup de cimeterre, en promenant la mort sur un tiers du globe alors connu.

Russell Bertrand (1872 - 1970 Homme politique britannique. Prix Nobel de Littérature en 1950)
• Parmi les religions, l’islam doit être comparé au bolchevisme plutôt qu’au christianisme ou au bouddhisme. Le christianisme et le bouddhisme sont avant tout des religions personnelles, avec des doctrines mystiques et un amour de la contemplation. L’islam et le bolchevisme ont une finalité pratique, sociale, matérielle dont le seul but est d’étendre leur domination sur le monde.

2 commentaires: