lundi 29 mars 2010

François Fillon veut aller "le plus loin possible" sur la burqa

Le Premier ministre François Fillon a promis lundi devant les députés UMP d'aller dans le sens d'une interdiction générale du voile intégral en France tout en respectant les principes généraux du droit. Lire la suite l'article


Ce sujet, sur lequel la majorité est susceptible de recueillir selon les sondages l'approbation de l'opinion, est épineux juridiquement puisqu'une interdiction générale pourrait contrevenir à des principes comme la liberté de conscience.


François Fillon a confirmé devant les députés de la majorité présidentielle réunis à la Maison de la Chimie à Paris qu'une législation serait présentée dans les prochaines semaines.

"Je vous proposerai d'aller le plus loin possible sur la voie d'une interdiction générale du voile intégral dans le respect des principes généraux du droit", a-t-il dit.

Le chef du gouvernement a également annoncé que la proposition de résolution déposée sur le même sujet par le groupe UMP de l'Assemblée "recueille le soutien du gouvernement". Il s'agit d'un texte non contraignant visant à réaffirmer des principes généraux.

"Je pense que sur ce sujet les républicains de tous bords devraient être unanimes et donc je vous invite à l'inscrire à l'ordre du jour (de l'Assemblée) dans les meilleurs délais", a-t-il poursuivi, précisant que la proposition de résolution serait examinée avant le projet de loi.

Nicolas Sarkozy avait confirmé ce projet mercredi dernier, lors d'une déclaration à l'issue du conseil des ministres.

IMPÉRATIF DE SÉCURITÉ PUBLIQUE

Le Conseil d'Etat, consulté par le gouvernement, pourrait selon des indiscrétions de presse émettre de fortes réserves sur la légalité d'une interdiction générale dans un avis qui sera remis cette semaine à Matignon.

"Il faut écouter ce que dit le Conseil d'Etat. Il ne s'agit pas de légiférer en étant en situation de se faire ensuite censurer", a dit le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre.

"Il faut regarder quelles sont les marges de manoeuvre. Il faut que majorité et gouvernement se mettent autour de la table pour trouver le point d'équilibre", a-t-il ajouté.

Le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé, qui déjà déposé une proposition de loi, a réaffirmé ses intentions.

"J'ai compris que le Conseil d'Etat allait remettre son avis. Je veux dire que les uns et les autres nous l'étudierons naturellement comme une contribution importante mais ne perdons pas de vue l'objectif qui est le nôtre", a-t-il déclaré lors de son discours de clôture du séminaire des parlementaires UMP.

Il a laissé entendre que l'avis du Conseil d'Etat n'était pas déterminant.

"Si les avis sont importants, si l'Etat de la règle de droit est essentiel, ne perdons pas de vue que ce que nous voulons c'est répondre à des impératifs de sécurité publique, que la question du voile intégral c'est aussi la question du vivre ensemble", a poursuivi le président du groupe UMP de l'Assemblée.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Source: http://fr.reuters.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire